De l’amour à la sublimation

Parfois l’amour fait souffrir, parfois il donne des ailes et parfois même, il fait les deux en même temps !

Est-ce un hasard que le monde des arts se soit emparé de ce thème qui ne semble jamais tarir la source d’inspiration des plus grands comme des novices ? 

Ce terreau plus que fertile donne bien vie aux mots chantés comme il crée le mouvement du simple gribouillis à la toile de maître. Il inspire les vers de poésie et modèle la matière du sculpteur alors qu’il transpire de l’énergie du danseur et qu’il pousse la plume de l’écrivain.coeur

Toutes ces sublimations permettent à l’amour de s’exprimer dans ce qu’il a de plus beau mais aussi de décharger ce qu’il a d’aliénant pour éviter qu’il n’étouffe l’artiste en herbe.

Peu importe l’esthétisme du résultat tant que l’effet thérapeutique opère comme on lisse une mer déchaînée par les vents. La tornade devient brise légère et caressante lorsqu’on peut extérioriser quelques méandres de l’esprit, sinon coincés dans l’esprit sans trouver d’issue. 

Ne parle-t-on pas aussi des crimes passionnels, des suicides et à défaut, des mélancolies réactionnelles aux chagrins d’amour ? 

Parce que le chagrin d’amour n’est ni enfantillage ni ridicule mais bel et bien réel, il est ressenti dans le corps comme toutes autres émotions. 

Si la régulation émotionnelle est défaillante, la personne risque de sombrer dans des lieux obscures où il ne fait pas bon de rester trop longtemps sous peine de perdre plus d’une plume sur le chemin de retour. 

coeur-2Le travail de sublimation peut aider à retrouver sa route tout comme l’acceptation et l’expression de son vécu interne. 

Mais la clef de tout ce processus est le partage. Sans cela, les émotions sont envoyées sans destinataire, se perdent dans le vide et reviennent à l’expéditeur tel un boomerang.

Pouvoir donc partager sa joie comme sa peine avec un Autre est plus que primordial, c’est ce qui permettra de dépasser la souffrance vers un apaisement réparateur mais aussi de passer de la béatitude vers un bonheur serein sans que la désillusion de l’idéalisation soit trop violente. 

L’idée n’est donc pas de se fermer comme une huître après un chagrin d’amour mais de trouver les ressources dont chacun a besoin et de se remettre sur pieds pour honorer les plus grands artistes comme les plus humbles qui ont parfois donné leur vie pour défendre l’Amour avec un grand A. 

Continuons donc à nous aimer tant que le ciel sera au dessus de nos têtes et la mer à nos pieds. Donnons plus que nous recevons car c’est dans la bonté du coeur que l’authenticité réside. Consolons nous lorsque les temps sont durs et ne baissons pas les yeux devant les embûches mais soulevons des montagnes pour continuer d’avancer. 

Chaque coeur à ses moments de silence et ce, uniquement pour écouter celui de son âme sœur résonner avec lui. Comme une symphonie de blancs et de pleins, l’union de deux êtres chers remplie le silence des mots qui se perdent et soigne les blessures de chacun.

2 Commentaires

  1. Eric

    Je ne sais pas quoi dire… les bras m’en tombent.

    Par quoi pourrais-je commencer ?
    L’esthétique de votre prose ? La pertinence de vos conseils ou devrais-je dire de votre art de vivre !

    Littérature, spiritualité, psychologie, voilà un beau mélange de couleurs qui me réchauffe le coeur.

    Une chose est sûre : on entendra parler de vous, c’est brillant !

    Personnellement, j’ai imprimé ce beau texte pour l’accrocher dans mon salon, une belle leçon pour mes amis et ma famille.

    Merci encore,

    Eric maître nageur dans les Deux-Sèvres.

    Répondre
    1. lejardindupsy (Auteur de l'article)

      Merci Eric !
      Ce beau retour me pousse à continuer sur cette voie.
      C’est aussi ce genre de partage qui crée l’émulation et stimule d’autant plus l’imagination.
      C’est un bel hommage que vous m’accordez et soyez certain que vous avez toute ma gratitude.
      Agathe Pingusson_

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *