Là où l’on se lie…

Il existe un endroit où le lien ne peut se tisser. Un endroit où personne ne peut vous atteindre. Jardin secret ? Frontière entre soi et l'autre ? Tant qu'elle nous protège de l'intrusion et de l'envahissement de l'autre, elle conserve sa fonction de gardien protecteur mais lorsqu'elle se mue en censeur et agent isolant, elle devient tyrannique et mortifère. Celle qui, quoi que l'on fasse, nous fait…

1 commentaire

Savoir partir

Quand le jeu n'en vaut pas ou plus la chandelle, mieux vaut ne pas avancer ses pions mais plutôt les reculer. Ce n'est pas par lâcheté ni par faiblesse mais bien par auto conservation et protection (de soi mais probablement aussi de l'autre). Savoir partir à temps est un art. Art de la séparation. Art du lâcher prise. Art de la conscience et de l'évaluation des bénéfices /…

1 commentaire

Le mouvement et l’esprit

Pourquoi faire du sport ? Pourquoi sortir de son canapé quand la télé nous tend les bras et qu'une multitude de choses parait plus important, plus urgente, plus bénéfique. Et pourquoi faire du sport a s'en tordre les muscles, jusqu'à ce que les articulations craquent comme une simple brindille sèche et fibreuse ? Pourquoi se contrôler jusqu'à se torturer pour calculer sa dépense énergétique et coller à une…

1 commentaire

Quand s’ennuyer devient salutaire

Pourquoi s’ennuyer ? J’ai en tête cette vieille rengaine qui me susurre que c’est en s’ennuyant que nous grandissons. Drôle d’injonction qui n’est pourtant pas si loin du compte. Parce que lorsque nous nous ennuyons, c’est qu’à priori, nous ne faisons plus rien, que ne nous ne sommes pas pris par une activité en particulier, que notre esprit devient disponible et libre. Vertu si rare de nos jours, elle en…

2 commentaires

Quand la peine rôde

Il y a de ces moments où tout semble lourd et peu attrayant. Où la terre est sombre, engorgée, pareil à de la boue. Le regard à l’horizon, l’œil vide et pourtant plein d’angoisses, de peurs, de larmes invisibles. Quand le temps s’arrête et qu’enfin nous ressentons, la peine s’installe parfois. Sans point d’attache, sans port, sans ancrage, elle nous semble étrangère et pourtant si réelle. Telle une…

3 commentaires

Un coup de balai, et un coup de fouet !

maisonAujourd’hui, place au nettoyage ! Partir sur des bases saines : cela implique de se débarrasser de ce qui obstrue la lumière, la liberté et l’inspiration.

L’été approche mais il est encore temps de procéder à un nettoyage de printemps en bonne et due forme. Mais pourquoi donc, me direz-vous ?

En lavant, triant et jetant ce qui nous encombre, nous nous débarrassons aussi des idées noires, des tensions bloquées, des lourdeurs du passé. Ainsi, faire de la place dans notre maison, notre bureau et même notre voiture, redonne sa place à ce que l’on est et non plus à ce que l’on a. Souvent, nous nous retrouvons étouffé, engoncé, voire meurtri par un surplus qui n’est souvent que superflu. Comme cette platebande enfouie sous un tas de mauvaises herbes.

Toutes ces accumulations qui nous laissent miroiter un semblant de contrôle et de richesse ne sont en réalité que des eaux troubles, stagnantes et figées, qui finissent par pourrir, sentir et surtout, peser lourd. Rien de très reluisant, n’est ce pas ?maison jardin

Alors faisons place neuve, retirons toutes ces énergies négatives qui nous entourent pour laisser l’énergie circuler librement, sans contrainte, en souplesse. Bêchons, creusons et tirons les mauvaises herbes. Tout d’un coup, les fils se démêlent, l’horizon est perceptible et la respiration plus généreuse. La terre prend l’air, les fleurs s’étendent et le parterre exhale son parfum. Nous serons surpris de constater comment de nouvelles perspectives s’ouvrent subitement à nous une fois ce travail fait, autant de l’extérieure que de l’intérieur.

Et vous ?

Comment vous y êtes-vous pris pour ce grand nettoyage de printemps ? Qu’avez-vous ressenti une fois l’entreprise terminée ? Avez-vous constaté des changements dans votre vie après ce ménage ?

(suite…)

8 commentaires