Récolter le fruit de ses efforts ?

Quand le destin vous envoie de multiples signes jusqu’à ce que vous ouvriez les yeux et acceptiez de regarder la situation en face, il est parfois rassurant de faire confiance au temps dans son travail invisible de petites mains qui, sans que l’on s’en aperçoivent, tissent et créent des motifs tant esthétiques que solides entre toutes les parties de notre personnalité. 

Il est de ces moments où tout nous semble aller de travers, où chaque effort que l’on s’efforce de fournir nous semble vains et que nous mirabelle-fruitsperdons notre persévérance, à force de patience et de détermination sans résultats. Mais qu’appelle-t-on un résulta
t vain ? Nous nous sommes formatés à voir, quantifier et anticiper chaque action, chaque démarche de notre part. N’oublions pas que tout ce que nous posons comme acte à des conséquences, même si elles ne sont pas visibles à l’œil nu (ce sont probablement les plus puissantes, agissantes dans l’ombre). Ce sont ces conséquences, qui peuvent être variées (changement de comportements, de valeurs, de discours, de réflexions, d’envies), qui devraient nous suffire lorsque l’on se demande si nos efforts ont porté leurs fruits. Car oui, chaque conséquence est un fruit à récolter, parfois du bout des doigts ou à pleine main, parfois à maturité ou à un stade avancé de pourrissement ou encore trop jeune. 

Il est donc de ces moments où on sent comme un tourbillon qui nous entraîne et le réflexe parfois en place est une sorte de précipitation, voire de panique. On tenterait alors de récolter le plus de fruits possibles avant que la tempête ne détruise la récolte. Sauf qu’à vouloir aller trop vite, nous nous retrouvons avec des fruits inutilisables et bon à replanter. On doit alors repartir à zéro. Alors la frustration, la déception et aussi parfois la démotivation rentrent en scène et compliquent encore un peu plus la tâche. 

Au lieu de se sentir menacé par les vents et marées violents, peut-être que se laisser porter en attendant que le temps fasse aussi son travail serait plus bénéfique et surtout moins coûteux. Tel le moussaillon qui ne cherche pas à se dresser contre mère nature, laissons nous malmener un temps, le temps que le ciel redevienne plus clément. 

Peut-être que ces tornades surviennent justement pour nous pousser à stopper un peu nos activités frénétiques et nous permettre de nous recentrer sur l’essentiel. À force de se perdre dans de multiples objectifs et plans de vie, on se dilue aussi dans notre essence même. 

Gustave Courbet Squall on the horizon

Gustave Courbet
Squall on the horizon

Alors avant de laisser venir la tempête qui nous rappellera à l’ordre, choisissons même de prendre ce temps précieux de (re)construction pour se centrer sur le cœur de ce qui nous guide chaque jour. À cela, chacun trouvera sa propre voie. Pour certains, la carrière sera une priorité, pour d’autres la vie de couple ou de famille. Mais je me permets de vous mettre en garde maintenant : ce genre d’investissement fait parfois barrage à l’essentiel. En pensant se recentrer sur « ce qui compte », on passe en réalité à côté du plus important. Car il est plus facile de se remplir l’esprit de considérations concrètes sur lesquelles on pense avoir plus de prises et de contrôle. Mais ne nous laissons pas berner et ne reportons pas plus longtemps la quête de ce qui importe, à savoir qui suis-je ? Comment je fonctionne ? Quelles sont mes forces et mes faiblesses ? 

Il est, je crois, important de prendre le temps de se poser ces questions tant qu’on a le temps et la disponibilité car c’est en répondant et en cheminant avec ce qui nous constitue que tout le reste se mettra en place naturellement. La carrière, la vie sociale ou domestique ne posera dès lors plus de problèmes et deviendra même source de joie et de motivation quand nous serons personnellement sereins par rapport à nous mêmes, alignés avec qui nous sommes. 

Une des premières étapes, probablement la plus douloureuse, est la prise de conscience et l’acceptation de nos difficultés et de nos points de fragilité. Qu’est ce qui nous empêche d’être totalement heureux ? Qu’est ce qui génère des situations d’échec à répétition ? Qu’est ce qui crée un trouble dans mes relations et/ou au travail ? 

Une fois les axes de travail déterminés, ce n’est alors que le début d’un long chemin où on apprendra à s’apprivoiser soi-même, à enfin devenir notre meilleur ami, notre conjoint, notre mère et notre père. Nous serons alors capables de subvenir à nos besoins par nous-mêmes et ne dépendrons plus d’un autre. Ce chemin est long et difficile et parfois impossible à faire seul. Une aide professionnelle est à même de guider ce travail de connaissance de soi, de réparation du lien à l’autre et de développement personnel global. 

C’est dans cet esprit d’ouverture et de curiosité à se connaître soi-même que les actions tant redoutées où les efforts au visage vain prendront enfin forme, volupté et finesse. Nos plans de vie trouveront spontanément leur direction et leurs rails.

Prenons donc soin de nous, soyons égoïstes (et non égocentrés) car cette qualité est loin d’être un défaut. C’est même la base de toute relation saine. 

2 Commentaires

  1. Caroline

    Je suis contente de vous lire à nouveau 😉 Votre article est très encourageant, chacun de vos lecteurs y puisera sans doute les motivations pour pousser sa réflexion plus loin. Et quel beau projet que d’avancer sur notre route plus sereinement…

    Répondre
  2. phillipe

    Je ne vous cache pas que c’est avec un peu de curiosité que j’attendais votre nouvel article.
    Votre analyse amène de manière subtile et distinguée à la réflexion et à l’interrogation (on pourrait peut-être même dire à une introspection de l’âme…). Votre cheminement, entremêlé d’esthétisme et de poésie, ressemble à une douce mélodie, qui tout en laissant vagabonder notre esprit nous conduit vers de nouvelles sphères réflexives.
    Comme vous le dite si bien ne regardons pas le sablier de notre vie s’égrainer comme la succession continue du flux de notre existence mais comme un catalyseur où chaque grain de sable, offre à chaque passage une nouvelle chance d’emprunter (ou découvrir) un autre chemin.

    Au plaisir de vous relire très rapidement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *